Gagner malheur

Camille Besson
Raphaël Rossi
Maxime Testu

Vernissage: Vendredi 22 juin 2018 à 18h
Exposition: Du 23 juin au 14 juillet 2018


Dans un silence de mort, le brouillard artificiel rampe jusqu'au rivage. Pris en étau entre un banc de sable grisâtre et un ciel de plomb, il glisse irrémédiablement sur les flots empourprés par des fusées éclairantes.

Sur la plage, des volutes de fumée blanche s'échappent de la MG42 chauffée à blanc. La Maschinengewehr fume comme pourrait le faire une jolie femme s’allumant une cigarette après l’amour. Comblée pour l’espace de quelques instants, fière d’avoir exhaussée les prières de Heinrich*, elle va pourtant bientôt reprendre sa morbide besogne à une cadence infernale.

Rehaussée de bouts ferraille tordus, une construction de chair sanguinolente s'érige peu à peu entre les dunes. Mélange odieux de corps déchirés et de métal sanglé avec du fil barbelé, on "gagne malheur"* instantanément à la vue de cette sculpture impie qui évoque les tours organiques de l'Europe après la pluie de Max Ernst.

Avenue Jean Jaurès, sur les bords de l’île Saint-Denis. Blindée de matériel, une Renault Kangoo rouge bordeaux immatriculée en France s'élance furieusement en direction de la Confédération helvétique. Sans surprise, l’autoradio démodé crache la Chevauchée des Walkyries en boucle dans l’habitacle encombré où règne une odeur de poudre à canon. Le jour J approche, bientôt, les étincelles et le chant strident des meuleuses se déchaîneront à Smallville. 

*Heinrich Severloh (1923-2006). Ancien agriculteur, soldat allemand surnommé la bête d’Omaha Beach qui affirme avoir tué ou blessé plus de 1000 soldats américains le jour du débarquement de Normandie.

*Gagner malheur : En normand, gagner malheur signifie devenir fou et malheureux pour toujours à la suite d’un effroi.


In deathly silence, a bank of artificial fog creeps to the shore. Caught between a grayish sandbar and leaden skies, it slips irrevocably onto the waves which have been flushed red by flares.

On the beach, wreaths of white smoke slip out of a white-hot MG42. The Maschinengewehr smokes the way a pretty woman might, lighting a cigarette after she has finished making love. Satisfied for a moment, proud to have exceeded Heinrich’s wishes*, she will soon return, however, to the hellish pace of the morbid task at hand.

A structure made of bloodied flesh, reinforced by bits of twisted metal, rises slowly from the dunes. One instantly "one instantly wins misfortune"* at the sight of this ungodly sculpture, whose horrible mix of torn bodies and metal cinched with barbed wire calls to mind the organic towers of Max Ernst’s Europe After the Rain.

Avenue Jean Jaurès, on the banks of the Île Saint-Denis. A burgundy red Renault Kangoo with a French license plate, packed with equipment, rushes furiously toward the Helvetic Confederation. Unsurprisingly, the Ride of the Valkyries can be heard blasting on repeat from an old stereo inside of the passenger compartment, which smells strongly of gunpowder. The day of reckoning is near, and soon the sparks and piercing sounds of grinders will be unleashed upon Smallville.

*Heinrich Severloh (1923 - 2006). German solider and former farmer nicknamed the beast of Omaha Beach, who claims to have injured or killed more than 1000 American soldiers on the day of the Normandy landings.

*"To win misfortune [gagner malheur]: in the Norman language, to gain misfortune is to lose one’s mind and become forever miserable after having experienced a great fright.


traduction: Jeremy Cohen